dimanche 21 avril

Marc 15.16-39

16Les soldats conduisirent Jésus dans l'intérieur de la cour, c'est-à-dire, dans le prétoire, et ils assemblèrent toute la cohorte.17Ils le revêtirent de pourpre, et posèrent sur sa tête une couronne d'épines, qu'ils avaient tressée.18Puis ils se mirent à le saluer: Salut, roi des Juifs!19Et ils lui frappaient la tête avec un roseau, crachaient sur lui, et, fléchissant les genoux, ils se prosternaient devant lui.20Après s'être ainsi moqués de lui, ils lui ôtèrent la pourpre, lui remirent ses vêtements, et l'emmenèrent pour le crucifier.21Ils forcèrent à porter la croix de Jésus un passant qui revenait des champs, Simon de Cyrène, père d'Alexandre et de Rufus;22et ils conduisirent Jésus au lieu nommé Golgotha, ce qui signifie lieu du crâne.23Ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de myrrhe, mais il ne le prit pas.24Ils le crucifièrent, et se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort pour savoir ce que chacun aurait.25C'était la troisième heure, quand ils le crucifièrent.26L'inscription indiquant le sujet de sa condamnation portait ces mots: Le roi des Juifs.27Ils crucifièrent avec lui deux brigands, l'un à sa droite, et l'autre à sa gauche.28Ainsi fut accompli ce que dit l'Écriture: Il a été mis au nombre des malfaiteurs.29Les passants l'injuriaient, et secouaient la tête, en disant: Hé! toi qui détruis le temple, et qui le rebâtis en trois jours,30sauve-toi toi-même, en descendant de la croix!31Les principaux sacrificateurs aussi, avec les scribes, se moquaient entre eux, et disaient: Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même!32Que le Christ, le roi d'Israël, descende maintenant de la croix, afin que nous voyions et que nous croyions! Ceux qui étaient crucifiés avec lui l'insultaient aussi.33La sixième heure étant venue, il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu'à la neuvième heure.34Et à la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voix forte: Éloï, Éloï, lama sabachthani? ce qui signifie: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?35Quelques-uns de ceux qui étaient là, l'ayant entendu, dirent: Voici, il appelle Élie.36Et l'un d'eux courut remplir une éponge de vinaigre, et, l'ayant fixée à un roseau, il lui donna à boire, en disant: Laissez, voyons si Élie viendra le descendre.37Mais Jésus, ayant poussé un grand cri, expira.38Le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas.39Le centenier, qui était en face de Jésus, voyant qu'il avait expiré de la sorte, dit: Assurément, cet homme était Fils de Dieu.

Méditez

  • Y a-t-il un exemple à suivre ou à ne pas suivre ?
  • Y a-t-il une promesse ?
  • Quel verset m'interpelle le plus ?
  • Pour ma prière y a-t-il quelque chose que Dieu me montre:
    • Dont j'aie à me repentir ?
    • Auquel croire et obéir ?
    • Pour lequel le remercier et le louer ?
    • Pour lequel lui formuler ma demande ?

CRUCIFIXION

Soldats se moquent de lui

(16-20). Relevez tous les actes posés pour humilier Jésus. Des soldats le maltraitent rudement comme si c’était un loisir de le battre par colère. La Bible nous fait savoir par ces souffrances combien notre situation serait dramatique si nous n’avions pas un Sauveur. Ainsi, il est juste que nous qui méritions ces insultes, nous puissions nous approcher de Dieu avec une sincère repentance.

Golgotha

Ce lieu, hors de la ville où on exécute les malfaiteurs reçoit le plus grand innocent de l’histoire (Ac 3. 14 ; Es53. 12). Quoi qu’infâme, Golgotha n’a pas empêché Dieu de rendre son fils victorieux et triomphant ; sa puanteur n’empêche pas que son sacrifice soit de bonne odeur devant Dieu. Des passants s’en mêlent. Injures, moqueries, hochements de têtes, insultes et mots méchants, Jésus doit subir tout cela pour ton salut et le mien. La laideur du péché a coûté à Jésus la plus odieuse des morts. Ne serait-ce pas un encouragement à vivre dans la sainteté ?

Toi qui détruis le temple…

Les juifs ont-ils oublié que le Christ-Roi est dépeint prophétiquement comme condamné, dépouillé, maudit, méprisé, avant la montée sur son trône et qu’il est frappé pour le péché de son peuple (Es53)  ? Ce serait une folie de demander un roi qui ne soit pas un homme de douleur. Merci seigneur, pour tout ce que tu as enduré pour moi.

Vérité :

Vinaigre et fiel précipitaient la mort d’un crucifié. Mais le sacrifice de Jésus consistait à endurer les tourments jusqu’à la mort.