Verset de la semaine

Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d'échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l'homme.
Luc 21.36
Voir les jours passés
08091011121314151617
Ligue pour la lecture de la BibleProposé par la Ligue pour la Lecture de la Bible
mardi 11 septembre

Luc 20.9-26

9Il se mit ensuite à dire au peuple cette parabole: Un homme planta une vigne, l'afferma à des vignerons, et quitta pour longtemps le pays.10Au temps de la récolte, il envoya un serviteur vers les vignerons, pour qu'ils lui donnent une part du produit de la vigne. Les vignerons le battirent, et le renvoyèrent à vide.11Il envoya encore un autre serviteur; ils le battirent, l'outragèrent, et le renvoyèrent à vide.12Il en envoya encore un troisième; ils le blessèrent, et le chassèrent.13Le maître de la vigne dit: Que ferai-je? J'enverrai mon fils bien-aimé; peut-être auront-ils pour lui du respect.14Mais, quand les vignerons le virent, ils raisonnèrent entre eux, et dirent: Voici l'héritier; tuons-le, afin que l'héritage soit à nous.15Et ils le jetèrent hors de la vigne, et le tuèrent. Maintenant, que leur fera le maître de la vigne?16Il viendra, fera périr ces vignerons, et il donnera la vigne à d'autres. Lorsqu'ils eurent entendu cela, ils dirent: A Dieu ne plaise!17Mais, jetant les regards sur eux, Jésus dit: Que signifie donc ce qui est écrit: La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l'angle?18Quiconque tombera sur cette pierre s'y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé.19Les principaux sacrificateurs et les scribes cherchèrent à mettre la main sur lui à l'heure même, mais ils craignirent le peuple. Ils avaient compris que c'était pour eux que Jésus avait dit cette parabole.20Ils se mirent à observer Jésus; et ils envoyèrent des gens qui feignaient d'être justes, pour lui tendre des pièges et saisir de lui quelque parole, afin de le livrer au magistrat et à l'autorité du gouverneur.21Ces gens lui posèrent cette question: Maître, nous savons que tu parles et enseignes droitement, et que tu ne regardes pas à l'apparence, mais que tu enseignes la voie de Dieu selon la vérité.22Nous est-il permis, ou non, de payer le tribut à César?23Jésus, apercevant leur ruse, leur répondit: Montrez-moi un denier.24De qui porte-t-il l'effigie et l'inscription? De César, répondirent-ils.25Alors il leur dit: Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.26Ils ne purent rien reprendre dans ses paroles devant le peuple; mais, étonnés de sa réponse, ils gardèrent le silence.

Méditez

  • De quoi ou de qui parlent ces versets ?
  • Est-ce que ce passage m'apprend quelque chose sur Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit ?
  • Quelle vérité Dieu me révèle-t-il ?
  • Quel verset m'interpelle le plus ?
  • Pour ma prière y a-t-il quelque chose que Dieu me montre:
    • Dont j'aie à me repentir ?
    • Auquel croire et obéir ?
    • Pour lequel le remercier et le louer ?
    • Pour lequel lui formuler ma demande ?

MAUVAIS SERVITEURS DE DIEU

À l’échec de l’alliance sinaïtique, Dieu supplée avec l’alliance de la croix.

Mission ratée

Les chefs religieux juifs n’ont pas toujours su satisfaire (10) le Père (9, 15), maître de la vigne (És 5. 7). Ils ont plutôt méprisé (11), maltraité les prophètes de Dieu (Jér 37. 15) avec au final le complot contre le Fils en personne (13-15). Les sacrificateurs qui doivent différencier le saint du profane (Lév. 10. 8-10) ne sauront pas distinguer Jésus, le Saint de Dieu, du profane, de l’imposteur (Lc 23. 18). Quel grand échec !

La vigne passée à d’autres

Bâtissant sur du sable, les chefs religieux juifs seront écrasés (18) par la pierre d’angle qu’ils ont rejetée (17) et leur héritage passera à d’autres (16, cf. Ac 13. 46). L’Église, nouvelle vigne, intégrant les non-Juifs, sera dirigée par de nouveaux bergers établis par le Saint-Esprit (Ac 20. 28)

Quelle place pour César ?

Avec brio (23-25), Jésus réduit au silence ses détracteurs (26) qui lui tendent un piège sur l’impôt à César (20-22). Son « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » est devenu une maxime de sagesse de renommée mondiale. Il donne ainsi à l’Église, servante du royaume de Dieu, une assise stable vis-à-vis de l’État, gestionnaire du séculier avec droit de percevoir des impôts. Digne successeur du sage Salomon, il est plus que Salomon (Lc 11. 31), car il a été fait sagesse pour ceux qui croient à la folie de la croix (1 Cor. 1. 18, 30).

Ordre :

Produisons les fruits de l’Esprit (Gal 5.22…) !

Revenir à la lecture/note de la journée