lundi 10 juin

Romains 8.18-30

18J'estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous.19Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu.20Car la création a été soumise à la vanité, -non de son gré, mais à cause de celui qui l'y a soumise, -21avec l'espérance qu'elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu.22Or, nous savons que, jusqu'à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement.23Et ce n'est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption, la rédemption de notre corps.24Car c'est en espérance que nous sommes sauvés. Or, l'espérance qu'on voit n'est plus espérance: ce qu'on voit, peut-on l'espérer encore?25Mais si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l'attendons avec persévérance.26De même aussi l'Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il nous convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables;27et celui qui sonde les coeurs connaît quelle est la pensée de l'Esprit, parce que c'est selon Dieu qu'il intercède en faveur des saints.28Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.29Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.30Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

Méditez

  • Est-ce que ce passage m'apprend quelque chose sur Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit ?
  • Quelle vérité Dieu me révèle-t-il ?
  • Quel verset m'interpelle le plus ?
  • Pour ma prière y a-t-il quelque chose que Dieu me montre:
    • Dont j'aie à me repentir ?
    • Auquel croire et obéir ?
    • Pour lequel le remercier et le louer ?
    • Pour lequel lui formuler ma demande ?

DE LA SOUFFRANCE À LA GLOIRE

Avec Dieu, le meilleur reste à venir

(18). Aucune souffrance, tant sur le plan émotionnel, social, familial, ecclésial, professionnel, économique. . . ne devrait dérouter le croyant. Dieu l’invite à considérer le présent parfois misérable, mais à le dépasser dans la joyeuse espérance de l’avenir radieux qu’il lui réserve.

Double attente persévérante

1/ Celle de la création (19-22)  : Par la désobéissance d’Adam, le péché est entré dans la création qui, maudite par Dieu, souffre et gémit désormais (cf. Gn 3. 16-17). Aussi, l’univers physique aspire-t-il à la restauration et à la fin de la malédiction qui le frappe. 2/ Celle des croyants (23-25)  : Souffrant en eux-mêmes, ils attendent l’adoption et la rédemption de leurs corps. Si nous avons déjà obtenu le salut par la foi en Jésus-Christ, nous ne le posséderons pleinement qu’au second retour du Seigneur.

Secours du Saint-Esprit en prière

(26-27). Il nous arrive, au comble de la fatigue, de la souffrance ou du dépit, de ne plus savoir quelles paroles formuler dans nos prières. Alors le Saint-Esprit vient à notre secours pour communiquer au Père et à Jésus-Christ nos aspirations profondes. Quel réconfort !
En toutes choses, Dieu agit pour notre bien (28-30). Au travers des circonstances heureuses et malheureuses de la vie, Dieu nous façonne à l’image de son Fils, lequel est passé par le moule de la souffrance avant d’accéder à la gloire céleste (Hé 12. 1-4). Particulièrement, il se sert des « choses mauvaises » pour en tirer le bien qu’il destine pour nous.

Prière :

Merci Seigneur, pour TOUT !

Revenir à la lecture/note de la journée