mardi 11 juin

Romains 8.31-39

31Que dirons-nous donc à l'égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?32Lui, qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui?33Qui accusera les élus de Dieu? C'est Dieu qui justifie!34Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous!35Qui nous séparera de l'amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l'angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée?36selon qu'il est écrit: C'est à cause de toi qu'on nous met à mort tout le jour, Qu'on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie.37Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés.38Car j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir,39ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur.

Méditez

  • De quoi ou de qui parlent ces versets ?
  • Quelle vérité Dieu me révèle-t-il ?
  • Quel verset m'interpelle le plus ?
  • Pour ma prière y a-t-il quelque chose que Dieu me montre:
    • Dont j'aie à me repentir ?
    • Auquel croire et obéir ?
    • Pour lequel le remercier et le louer ?
    • Pour lequel lui formuler ma demande ?

FORCE DE L’AMOUR DIVIN

Dieu attache le croyant par son amour manifesté en Jésus-Christ. Cet amour nous met pleinement en confiance et en sécurité auprès de lui.

« Si Dieu est pour nous qui sera contre nous ? »

(31-34). Dieu, dans son amour, déclare justes tous ceux qui croient en Jésus-Christ et annule contre eux toute condamnation éternelle (Jn 3. 16). Alors, comme l’affirment les paroles du cantique : « Quand Satan veut te troubler, enlever ton espérance ; Ton passé te reprocher, que Christ soit ton assurance » (N°392, Sur les Ailes de la Foi).
Un jour, Satan sera définitivement mis hors d’état de nuire. Mais actuellement, il nous accuse chaque jour de péché devant Dieu (cf. Za 3. 1 ; Ap 12. 10). Comme nous sommes revêtus du vêtement de la justice de Christ par la foi en son sacrifice expiatoire, Dieu ne tient pas compte de ses accusations contre nous (33-34). Au contraire, il nous réserve ici-bas et dans l’éternité les richesses incommensurables de sa grâce, tout ce qui est nécessaire pour que nous atteignions le but notre rédemption dans une conscience pure. Alléluia !

« Qui peut nous séparer de l’amour de Dieu »  ?

(35-39). Rien, ni personne ! C’est notre assurance. Quelles que soient les circonstances, favorables ou défavorables, quelles que soient les personnes, terrestres ou célestes, Dieu ne reviendra pas sur sa décision s’il nous déclare juste et sauvé en Jésus-Christ. Qu’est-ce que cet attachement de Dieu à son amour pour le croyant implique pour vous ?

Discussion :

Le salut se perd-t-il ? Pouvons-nous garder notre salut si nous perdons notre foi ?

Revenir à la lecture/note de la journée